Je fais aujourd’hui écho (faute de rétrolien) à ce billet de Monseigneur David Abiker qui nous expliquait globalement qu’il click sur le bouton à 31.6% pour “lécher des boules” (catégorie rassemblant tous les “faire plaisir” et autres “ne pas vexer”) et à 68.4% pour des motivations d’une autre nature (catégorie rassemblant tout le reste).

Sa notoriété joue sans doute un rôle important dans ce comportement : le fait que je follow quelqu’un va sans doute lui apporter moins d’autosatisfaction que si c’est une “célébrité” qui le fait, mais je me demande alors si la TimeLine de @DavidAbiker ne se trouve pas légèrement polluée à force de follower des gens par simple sympathie (940 followings à l’heure où j’écris ces lignes).

En ce qui me concerne (et ce qui suit ne s’applique pas qu’à David Abiker) :

  • je follow parce que je lis ton blog,
  • je follow parce que je lis tes tweets,
  • je follow pour les lulz,
  • je follow parce que tu es dans le proche réseau de quelqu’un que je follow (et que par conséquent vous discutez souvent ensemble et ne pas te follower me ferait passer à côté de ces échanges),
  • je follow parce que je suis un stalker,
  • je follow parce que tu es un(e) geek(ette),
  • je follow parce que tu es un’e) jeune journaliste,
  • je follow parce que je ne suis jamais déçu par les liens que tu tweets,
  • je follow parce qu’un de mes followings maîtres te follow,
  • je follow parce qu’un de mes followings t’as retweeté et que j’ai apprécié,
  • je follow parce que tu étais dans un Follow Friday au milieu de gens que je followais déjà,
  • je follow parce que c’est gratuit et écolo.


Mais en aucun cas je ne follow pour que tu te réjouisses d’avoir un follower de plus, ou par simple retour de politesse (tu me follow, donc je te follow).

Voilà, et personnellement, ce qui me fait encore plus plaisir que d’être followé par David Abiker, c’est de voir ce genre de choses :

© ici

Continuez comme ça, on kif, et enfin saluons au passage la deuxième partie du titre du billet : «Twitter la tontine de l’info». Assez bien vue comme comparaison.